A propos

Il sagit de couleur-matière dont les superpositions créent différentes
textures sensibles et tactiles. Sans aucune brillance, la matité est une rigueur.
Le choix chromatique subtil et silencieux est immédiatement lié aux couleurs du
Nord. Les bleus pâles, les beiges et le gris abondent.
La plupart des oeuvres abordent inéluctablement l’horizontalité.
Par la pénétration de segments sombres, l’espace se morcelle en de nouvelles
surfaces complices. Toutes en retenues, comme une émotion cachée, chaque
oeuvre respire l’infini.
Je terminerai par une citation de Paul Klee:
—– La ligne, est-ce que cela existe vraiment ? Une ligne n’est jamais que l’intersection
de deux surfaces ou une extension horizontale de l’oeil.
—– Et la ligne exacte, le point actif en mouvement, la ligne à l’état pur n’est plus du
—– tout visible. Donc, n’existe pas!
—– L’idéaliste, lui, sourit au fond de son coeur et dit: “si je ne la vois pas, je la sens et
—– ce que je perçois de cette manière, je puis la rendre physiquement perceptible, en
—– un mot visible. Donc, il existe une ligne”.   (Cours au BAUHAUS, le 9 janvier 1924).
A propos de « Dérivages »:  Mirèze Aerts, mai 2007

Les commentaires sont fermés.